Pourquoi que je n'aime pas la Fédération Mondiale de Karaté

Mais vous vous dîtes, tout le monde aime la FMK.  Elle sera aux jeux olympiques de Tokyo en 2020, du côté combat, les techniques sont spectaculaires, la variété des coups de pieds est renversante et la vitesse des techniques est sans aucun doute enviable.  Pour les katas, ils sont faits pour donner un bon spectacle, en effet les  coups de pied sont très hauts, plus haut que la tête et souvent effectués avec des kiais pour réveiller un mort.

 

Je pense que le comité organisateurs de la FMK ont voulu faire plaisir au Comité International Olympique (CIO) en établissant des nouvelles règles qui attireront les regards des spectateurs qui sont néophytes et qui ne sont qu’intéressés qu’au côté externe du karaté.  En donnant l’opportunité de gagner plus de points avec l’exécution de certaines techniques parce qu’elles sont plus spectaculaires sans songer aux niveaux d’efficacité de ceux-ci.  En effet, un coup de pied jodan même faible est plus payant qu’un coup de poing jodan ou chudan même si ce coup de poing est parfaitement exécuté et si un contact aurait été fait avec ce coup de poing, un dommage réel aurait été causé.

Par exemple, un ura mawashi geri jodan sera récompensé avec 3 points même si on sent qu’il n’aurait pas fait de dommages.  Par contre, un coup de poing qui ne donne aucun doute qu’un knock out aurait eu lieu donne qu’un seul point.  Naturellement, ce règlement invita les compétiteurs à se spécialiser dans les coups de pied jodan au détriment de coups de poing.  Tout ceci pour attirer les regards des spectateurs.  Pour un connaisseur comme moi, je suis désolé de l’évolution de ce type de compétition. 

 

Au Québec, la FMK est toute puissante, car Karaté Québec, seul organisme reconnu par le ministère des sports du Québec, organise que des compétitions avec les règlements de la FMK.  Et plus que ça, la loi régissant les compétitions de karaté dit que seulement les compétitions doivent utiliser les règlements de l’association qui est reconnu par le CIO (donc la FMK) sont acceptées au Québec.  Donc, si quelqu’un faisait une plainte à propos des nombreuses compétitions qui n’utilisent pas les règlements de Karaté-Québec, la police pourrait interdire ces compétitions.  J’ai téléphoné au bureau de Karaté –Québec, ils sont au courant ce cette option mais ne veulent intervenir pour l’instant.  On n’a qu’à penser aux multiples associations qui font leurs propres règlements ou qui empruntent les règles de certaines associations internationales.  Si quelqu’un aura l’audace de faire une plainte, cela causerait une petite révolution.  J’ai envoyé une lettre au ministre lui expliquant qu’il n’y avait que la FMK dans le monde et certaines associations mondialement représentées ne pouvaient pas se développer ici au Québec à cause de ce règlement.  On m’a répondu quelques mois plus tard qu’un comité serait créer pour analyser toutes demandes de groupes voulant faire des compétitions avec des règlements différents de la Karaté-Québec (FMK) et si l’analyse démontre que cette compétition est sécuritaire, elle sera acceptée.  Au 16 novembre 2019, aucun changement a été fait.

 

Pour revenir à la FMK, certains changements ont été bénéfiques pour le karaté.  L’introduction des écrans dans chaque carré, avec ces derniers on voit le temps qu’il reste au combat.  Parfois quand j’arbitrais je doutais de l’impartialité de l’officiel, car il pouvait être souple avec le temps.  Avec les écrans plus de problèmes de ce côté.  L’introduction de la vidéo pour contester une décision ou même l’absence de décision.  Je pense que ce dernier changement est très important pour l’intégrité du sport, Tous les juges se doivent d’être très alertes pour qu’ils prennent la bonne décision.

 

Afin d’encourager l’attaque versus la défense, un arbitre donnera des pénalités à un combattant (ou aux deux), s’il ne démontre pas des techniques pouvant marquer.  Même qu’un avantage est donné à celui qui compte le premier.  En cas d’égalité à la fin du match, la victoire ira à celui qui aura acquis cet avantage.  Intéressant comme concept, encore là, on veut forcer les combattants à se porter vers l’offensive pour donner un meilleur spectacle aux spectateurs.  C’est discutable, car j’aime voir deux combattants faire des feintes afin de déjouer l’adversaire et de compter.  Je me souviens d’une finale de championnat du monde Shoto cup avec Frank Brennen de l’Angleterre et Imura du Japon.  Brennen est un expert de l’attaque et Imura est un expert de la contre-attaque.  Imura a emmené Brennen dans un coin, il restait presque plus de temps. Imura était prêt à sauter au moment que Brennen ferait sa technique.  Deviner quelle technique que Brennen a choisis de faire.  Il a fait le plus beau chudan ushiro geri que j’ai vu, la technique a été tellement bien faite,  d’une vitesse vertigineuse qu’imura n’a pas eu le temps d’étendre son bras.  Pendant tout le combat, c’était le silence total dans le gymnase.  Quand Brennen fit sa technique, tout le monde se mit debout en criant.  Il faut dire que la compétition se passait en Angleterre.  Mais quand même ce combat fut intense avec deux champions, moi-même mes bras se sont levés quand Brennen explosa. Ce combat était pour les connaisseurs. 

 

Par contre, pour encourager l’attaque, je peux accepter la différente manière de penser de la FMK.

 

Par contre, il y des règlements de la FMK que je n’aime pas du tout.  En premier lieu, les gants sont beaucoup trop épais.  En adoptant ce genre de gants, on s’éloigne de la réalité du combat.  Ces gants sont bons pour les enfants, mais pour un adulte non !  Les protèges tibias, on développe des athlètes qui sont protégés entourés de ouate.  Les protèges pieds peut- être qu’ils sont acceptables parce qu’ils  veulent encourager les coups de pieds jodan.  Et le plastron, je trouve cette protection nulle et imbécile.   Et si continue, on aura les casques, les protecteurs d’avant-bras et on finira par ressembler à certaines compétitions (surtout aux USA) dont les compétiteurs sont la risée de tous car on dirait qu’ils sont mascottes de sport professionnel américain.  Jamais.

Certains nouveaux règlements d’arbitrages sont très curieux.  L’arbitre au centre n’a presque plus de pouvoir décisionnel, à part de pénaliser un combattant, il se doit de se plier à la décision des juges de coins.  Si deux juges de coin détermine qu’une technique faite par un combattant est valide, l’arbitre au centre est obligé de donner un point, même si il est bien placé pour voir que la technique a été manqué pour toutes sortes de raisons (hors cible, bloqué, trop loin de la cible etc), il ne peut que donner le point.  Même si les 2 autres juges disent que la technique n’est pas valide.  Un point doit être donné.  Je comprends que dans le passé, certains instructeurs en chef ont abusé de leur statut pour imposer leur opinion sur la décision des juges au coin.  Mais enlever tout pouvoir à l’arbitre de centre pour cette raison est vraiment exagéré. Essayez d’imaginer un combat aux jeux olympiques de Tokyo, une technique est faîte mais manque la cible ou qu’elle est bloqué, peu importe elle est manquée, le caméraman officiel de la télévision a réussi à faire un gros plan de la technique manquée.  Deux juges de coin décident que la technique est bonne et sortent les drapeaux donnant le point.  L’arbitre au centre se doit de donner le point.  Le monde entier verra l’incompétence de l’arbitrage de la FMK.  Peut-être que vous dîtes que le coach pourrait contester cette décision, mais admettons qu’il a perdu cette possibilité car il avait demandé une vérification de vidéo auparavant et l’appel fut rejeté qui donne comme résultat qu’il perd la possibilité de futurs appels.  Imaginez les problèmes que cela causera dans des pays qui ne sont tolérants pour des fautes de ce genre, on pense à certains pays d’Amérique du sud.  Une solution est de donner l’opportunité aux 2 autres juges de coin de pouvoir annuler la décision des 2  autres juges et c’est l’arbitre au centre qui prendra la décision finale.  C’est plus juste de cette manière.

 

Pour terminer pour le combat, deux choses m’agacent profondément.  Un juge de coin me disait qu’il était demandé à un juge de coin d’aider à un autre juge en sortant un drapeau pour aider à la décision même s’il n’avait pas vu la technique. Si c’est vrai, c’est pire imbécilité  que j’ai entendu dans ma vie.  Un juge doit donner un jugement sur qu’il voit, s’il ne voit rien alors il ne peut pas se prononcer.  Point à la ligne.  L’autre chose qui me dérange est qu’à la fin d’un match et si leur athlète a l’avance, certains instructeurs demandent à ce dernier de sortir carrément du terrain pour arrêter le temps ainsi donner moins de chance à l’adversaire de compter.  Même si cette sortie de terrain cause une pénalité automatique à celui qui sort du terrain, si son dossier est vierge, alors il ne risque rien et sa victoire est assurée.  Ce type de stratégie est tellement mauvais que cela me rend malade.  Ou est l’esprit martial ?  Je préfère un combattant qui fait tout avec un esprit guerrier qu’une personne qui gagne presqu’en trichant.  En encourageant ce type de mentalité, on se tire dans le pied.  On deviendra la risée de la communauté des arts martiaux, imaginez à Tokyo, un athlète qui recule dans les dernières secondes du combat.  Et on nous demande d’admirer cet athlète. Jamais. Et jamais.

 

Quand la FMK a commencé à faire des changements dans les katas, il y a presque 20 ans,  j’avais acheté une cassette vhs faite par le responsable en chef du comité d’arbitrage de la FMK.  Pour expliquer les changements dans les règlements dans la catégorie kata, il disait qu’il n’y avait pas eu lieu de changements significatifs dans ce domaine depuis les débuts de la compétition.  Ils ont donc décidé d’utiliser le système du combat, c’est-à-dire qu’un compétiteur n’a qu’à être meilleur qu’une personne à la fois, on appela cette méthode par drapeaux.  Les arbitres décident qui est  meilleur entre 2 personnes en levant le drapeau bleu ou rouge après que deuxième kata ait été fait.  Il continua en expliquant que la méthode que l’on avait toujours utilisé auparavant, c’est-à-dire faire une liste de compétiteurs et ils passent un par un en calculant leurs points était stupide.  J’étais d’accord avec lui, utiliser la méthode de la liste était stupide.  Ils ont utilisé la méthode d’élimination par drapeaux pendant longtemps et tout le monde était content, surtout les spectateurs parce qu’il était plus facile pour eux de comprendre le choix des arbitres.

 

En 2019, ils ont pris la remarquable décision de revenir au système de la liste.  Je n’en revenais simplement pas.  Au lieu de 5 arbitres, ils sont maintenant 7.  Qu’importe le nombre d’arbitres, ce système n’est pas normal, parce que les meilleurs sont placés à la fin ce qui leur donne un avantage sur les premiers. 

La FMK est puissante à cause de sa présence dans presque tous les pays du monde.  Elle a travaillé fort pour se faire reconnaître par le CIO.  Elle a réussi à être reconnaitre comme sport olympique à Tokyo en 2020.  Ainsi elle pourra se mesurer au Tae Kwon Do également sport olympique.  Coup de théatre, le comité organisateur des jeux olympiques (COJO), ce dernier est celui qui conseille au CIO le choix des sports invités à participer aux futurs jeux olympiques, le COJO a décidé de ne pas recommander d’inviter le karaté de la FMK aux jeux de Paris en 2024. Cette décision a eu l’effet d’une bombe  atomique dans la communauté du karaté.  Parce que la France est le pays dans lequel le karaté est très populaire, le siège social de la FMK a été longtemps à Paris.  Et ils décident de ne pas avoir de karaté aux jeux de Paris.  Wow.  J’imagine que le Tae Kwon Do doit sourire un peu.

 

J’étais indécis sur la participation du karaté aux JO, mais avec tous les scandales de dopages (Russie), corruptions financières, la réputation de la CIO en a pris un bon coup.  Même que m. Paul Houde, célèbre animateur de radio au Québec et grand historien du sport dans tous les niveaux, avait dit à la radio qu’il ne s’intéressera plus aux activités olympiques.  Étant une personne qui a passé beaucoup de temps devant le téléviseur lors de tous les JO (surtout l’athlètisme), je fus surpris de cette déclaration, mais après réflexion, j’ai décidé qu’il avait raison et opta pour ne pas inclure les JO dans mes activités l’été prochain. 

Les athlètes de la FMK sont impressionnants par leur vitesse et la variété de leur technique, mais ils ne sont pas impressionnants pour l’efficacité.  Mon sensei me disait qu’il comparait ces athlètes à d’excellents gymnastes. Je dois dire que je suis d’accord avec lui. En terminant, je dirai qu’ils sont bons dans ce qu’ils font, mais ce qu’ils font n’est pas bon.

St-Hubert (Québec)                           16 novembre 2019

 

 

<< New text box >>
 

Venez suivre un cours gratuitement!

Vous en sortirez agréablement surpris.

Visitez notre page Facebook!

Dates importantes

Voir l'onglet Nouvelles pour plus d'information.

 

Restez à l'affut! Pusieurs évènements viendront.

Appelez-nous pour prendre rendez-vous!

En rencontrant sensei Alain Martin, vous sentirez qu'il a une facilité de mettre les gens à l'aise et vous sentirez la passion qu'il possède pour l'art du Karaté.

 

Ne tardez pas, appelez maintenant!

 

Tel.: 450-656-4440

Des questions?

Venez nous voir!

Centre Gishinkan de Karaté Shotokan

Sensei: Alain Martin

5575 Boul. Maricourt

Saint-Hubert, QC J3Y 7M2

 

Heures d'ouverture

Du lundi au jeudi: 18h à 21h

Vendredi: 18h à 19h00

Samedi: 10h à 14h

 

 

Au besoin, contactez-nous.

Tel.: 

450-656-4440

Courriel:

nialamartin@hotmail.com

Print Print | Sitemap Recommend this page Recommend this page
© alain martin

This website was created using 1&1 IONOS MyWebsite.