Le karaté et les jeux olympiques

Aujourd’hui, c’est le 22 février 2019.  J’ai appris hier que le karaté de la Fédération Mondiale de

 

Karaté (FMK) ne sera pas invité à participer aux jeux olympiques de Paris en 2024. Le comité

 

d’organisation des jeux olympiques pense plutôt inviter des activités comme le breakdancing.  Le

 

monde de la FMK est sous le choc.  Les fédérations de karaté n’ont pas vu venir cette décision. On sait

 

que le karaté sera aux jeux de Tokyo en 2020. On croyait fermement que le karaté serait

 

automatiquement inclus pour les jeux de Paris.  Mais non, le COJO n’a pas fourni d’explication pour

 

arriver à cette conclusion.  Il reste toujours la possibilité que le CIO n’approuve pas cette décision, et

 

remette le karaté dans la liste des sports de Paris  2024.

 

Pourquoi cette décision a-t-elle prise par le Cojo ?  J’ai bien hâte de le savoir.  Le siège social de la FMK a été longtemps situé à Paris, donc tout le monde prenait comme acquis comme le karaté serait présent aux jeux de Paris. Il y a beaucoup de pratiquants de karaté en France, près de 300 000.  J’imagine le visage des dirigeants de la FMK.  C’est une extraordinaire gifle que le CIO a donné à la FMK et du même coup, la Fédération française de Karaté.

 

Pendant des années, je comparais le CIO à des anges dans le ciel.  Je croyais qu’il était là pour guider et nous aider dans notre démarche à devenir meilleur dans notre sport et de le développer afin que les athlètes parviennent à une sorte d’illumination.  J’étais bien naif.  Peu à peu, plusieurs scandales survinrent et on a compris que certains dirigeants de la CIO se faisaient soudoyés par des villes candidates.  Par exemple, la ville de Québec se fit jouer un tour par Atlanta.  Ensuite vint le scandale de la présence généralisée de la drogue au sein de l’élite sportive.  On apprend qu’une athlète ayant terminé huitième ait obtiennu une médaille d’or après plusieurs mois, voire années plus tard parce que les sept personnes en avant d’elle furent coupables de dopage et leurs médailles leur furent retirées. On a pu découvrir la drogue parce qu’une nouvelle technique de dépistage avait été utilisée. C’est triste.

 

Ensuite vint le tour de la Russie/URSS.  On a découvert que le gouvernement russe était impliqué dans les recherches pour mieux déjouer les techniques de dépistage de présence de drogues chez les athlètes.  J’ai regardé le documentaire qui mettait en vedette un des responsables de l’organisation russe qui avait mis en place le système contre la détection des drogues chez les athlètes.  Il expliquait les techniques utilisées en détails.  Cet homme a quitté la Russie en cachette et vit à quelque part aux USA.  On peut voir ce documentaire sur Netflix.

 

La Russie a reçu une petite tape sur les doigts et une sanction fut demandée par  l’agence mondiale anti-dopage.  Richard Pound de Montréal, son président essaya d’imposer une absence totale des athlètes russes.  Mais le CIO trouvait le moyen d’inviter des athlètes russes sans qu’ils représentent la Russie.  Une vraie farce.

 

Récemment je regardais l’émission les Francs-Tireurs et Jean-Claude Brassard, champion du monde de ski sur bosses et champion olympique se faisait interrogé sur ses sentiments qu’il avait sur le CIO.  On sait qu’il a été chef de la délégation canadienne.  Il disait qu’il ne croyait plus du tout au rêve olympique.  En effet, l’olympisme rêve que Pierre de Coubertin, père du mouvement olympique n’est plus vivant aujourd’hui.  Le CIO d’après m. Brassard est un organisme privé qui n’a pas à rendre des comptes à qui que ce soit.  Ils font des millions de profits, pendant que certains athlètes se sacrifient pour participer aux jeux.

 

 Il est temps que l’on se consacre aux championnats du monde de chacun de notre sport.  En effet, quelle est la différence entre un évènement olympique et un championnat du monde ?  Presque aucune différence.  Ce sont les mêmes athlètes qui se rencontrent.  On croit à tort qu’une médaille d’or au  championnat du monde vaut moins qu’une médaille d’or olympique.

 

Je viens de lire un reportage du cycliste Floyd Landis, ancien vainqueur du Tour de France, reconnu coupable de d’être drogué à la testostérone.  C’est lui qui a pointé du doigt Lance Armstrong comme quoi il se droguait aussi et en même temps il accusait le monde du cyclisme.  M. Landis en vient aux mêmes conclusions que moi sur l’importance du mouvement olympique. Les JO sont organisés à tous les quatre ans et on les considère plus important que les championnats du monde.  Pourquoi ?  Personne le sait.  M. Landis continue en affirmant qu’une petite minorité d’athlètes réussissent à profiter financièrement de leur performance sportive, alors que le CIO fait d’énormes profits, et comme il est une société privé, il n’a de comptes à rendre à personne.  Le CIO considère les athlètes comme des objets jetables (ses mots).  Des déclarations fortes et surprenantes.  J’espère que le CIO répondra.

 

Maintenant que le karaté est presqu’officiellement exclus des jeux olympiques, il ne manque que l’approbation du CIO.  Je vois mal cette dernière refuser la proposition du COJO.  Souvenez- vous de la polémique quand la lutte olympique fut enlevée du programme olympique.  Il y a eu des protestations partout dans le monde et la lutte retourna dans la famille olympique.  Ce n’est pas le même phénomène avec le karaté.  J’ai lu plusieurs opinions de différentes associations/fédérations et certaines d’entre elles déclarent qu’elles n’étaient pas d’accord avec l’orientation et de la qualité des techniques de la FMK et que cette dernière ne cherchait pas à travailler avec les autres fédérations/associations.  C’est pour ces raisons que certains pays ne voulaient pas participer aux activités de la FMK, comme les JO.  C’est peut-être l’ultime raison que le COJO n’a pas inclus le karaté de la FMK dans le programme olympique.   

 

Je connais rien au breakdancing, ses pratiquants sont spectaculaires mais est-ce un sport ?  Et il me semble que le karaté est de loin beaucoup plus populaire que celui-ci.  À la place du COJO, si j’avais voulu insulter la FMK, j’aurais agi de la même manière.  Accepter le karaté pour les jeux de Tokyo, l’enlever du programme aux jeux suivants à Paris, la présence de la FMK est très importante en France et remplacer le karaté par le breakdancing, une activité insignifiante. Vraiment désolant comme situation.

En conclusion, j’ai de la peine pour les athlètes pour ceux qui rêvaient et planifiaient une participation aux JO. Mais en même temps, il est bien de faire un saut en arrière car  je doute que les grands maîtres auraient aimé voir ce que le karaté de la FMK donne comme spectacles et techniques (aller voir le coup de pied du scorpion sur Youtube).  Comme par hasard, je me suis retrouvé sur un clip de point fighting américain.  Et si voulez pleurer ou rire, faîtes compétiton kata extrême sur youtube. C’est désolant comme spectacle.  J’aimerais mieux faire de la marche à pied que faire cette rigolade.

Alain Martin, 27 février 2019

 

 

 

     

 

 

 

  

 

         

nt page element.

 

 

Venez suivre un cours gratuitement!

Vous en sortirez agréablement surpris.

Visitez notre page Facebook!

Dates importantes

Voir l'onglet Nouvelles pour plus d'information.

 

Restez à l'affut! Pusieurs évènements viendront.

Appelez-nous pour prendre rendez-vous!

En rencontrant sensei Alain Martin, vous sentirez qu'il a une facilité de mettre les gens à l'aise et vous sentirez la passion qu'il possède pour l'art du Karaté.

 

Ne tardez pas, appelez maintenant!

 

Tel.: 450-656-4440

Des questions?

Venez nous voir!

Centre Gishinkan de Karaté Shotokan

Sensei: Alain Martin

5575 Boul. Maricourt

Saint-Hubert, QC J3Y 7M2

 

Heures d'ouverture

Du lundi au jeudi: 18h à 21h

Vendredi: 18h à 19h00

Samedi: 10h à 14h

 

 

Au besoin, contactez-nous.

Tel.: 

450-656-4440

Courriel:

nialamartin@hotmail.com

Print Print | Sitemap Recommend this page Recommend this page
© alain martin

This website was created using 1&1 IONOS MyWebsite.